Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 décembre 2021 7 12 /12 /décembre /2021 10:47
Rapport annuel 2021 La ferme des rescapés

 

La Ferme des Rescapés                                                                                                                                

A Cassagnes, le 12 décembre 2021 

 

Chères donatrices, chers donateurs, 

Chères lectrices, chers lecteurs, 

Chères donatrices, chers donateurs, aujourd'hui je vous écris pour vous remercier.

Vous, qui nous apportez votre soutien, ponctuel ou régulier, pour certains depuis des années, vous êtes les piliers , les anges , de la ferme. Sans vous, rien ne serait possible. Vos dons sont si précieux.

C'est grâce à vous que des vies sont sauvées. C'est grace à vous que des animaux abandonnés , maltraités, malades, destinés à l'euthanasie ou à l'abattoir trouvent refuge , soins et paix à la ferme.

Grâce à vous nous pouvons leur acheter de la nourriture de qualité, leur offrir les soins vétérinaires dont ils ont besoin, améliorer , réparer les structures  de la ferme et assurer son fonctionnement. 

Un immense MERCI. 

Cette année , nous avons agrandi l'espace de détente, de vie et de jeux  des chiens. Grâce aux clôtures de 2m règlementaires (consignes DDPP) jusqu'aux portails , ils peuvent être libres dans toute la zone dehors entre les chatteries.  Pour les chiens "sauvages " ou très craintifs de Roumanie , qui ne trouvent pas d'adoptants , cela leur permet de ne pas devoir vivre dans la cour du refuge. 

Des clôtures très abimées côté voisin et entre les bovins et les moutons ont également été refaites. 

Le pré tout en haut du refuge, a été clôturé afin de pouvoir accueillir les chèvres et moutons et non , uniquement les chevaux. 

Toutes ces améliorations, indispensables pour la sécurité et le bien-être des animaux, c'est grâce à vous qu'elles sont possibles. 

En début d'année, nous avons été encouragées, par la ddpp, a faire un dossier au Plan de Relance. Il a été accepté pour la construction de 3 boxes pour les chevaux. 

Cet nouvel aménagement est un progrès énorme pour les vieux équidés qui peuvent maintenant passer l'hiver bien au sec et choyés. Ils permettent également de soigner un cheval malade ou blessé  ou d' y installer un nouvel arrivé.

La construction a malheureusement , avec l'augmentation des prix de matériel (bois,...) dépassé le devis initial et la différence est restée à notre charge. Le remboursement pour  l'aide accordée a été très longue et , nous avons été contraintes en septembre d'emprunter (sans intérêts) 8000€ que nous devons  rembourser avant la fin de l'année. 

De novembre à mars , nous dépensons environ 3000€/ mois pour le foin et la paille qui sont livrés à la ferme pour tous les équidés , bovins et moutons. 

Chaque mois , environ 3000€ servent à payer les frais vétérinaires. 

A ces grosses dépenses il faut rajouter les frais d'alimentation chats , chiens, et volailles, la litière des chats , les granulés de bois en hiver pour le chauffage chatterie, l'eau, l'électricité,etc ....

Un de nos tracteurs a également eu plusieurs grandes réparations (joint de culasse, problème de freins...) 

Un de nos fournisseurs de foin attend toujours le paiement d'une des fondations qui nous apporte son soutien depuis des années. 

Rien n'est évident, la gestion demande énormément de temps, d'organisation, de patience, d'énergie, dont beaucoup de personnes ne se rendent pas compte.

 

Je remercie également tous les bénévoles.  Vous êtes nombreuses ( oui presque uniquement des femmes) à nous apporter votre  soutien, à organiser et  participer aux collectes de nourritures, faire des trajets chez le vétérinaires, faire des courses ou venir à la ferme pour aider à vermifuger, soigner , nettoyer.....

Merci à ceux qui viennent de loin une ou deux fois par an depuis des années, pour aider sur une journée.                        Merci à tout le  fidèle  et super groupe local qui nous apporte un soutien formidable.  Un immense  merci pour vos initiatives et votre temps donné à la ferme. 

Un grand merci à vous toutes et tous pour votre aide.  

 

Pour nous , quatre longs et durs mois d'hiver ont commencé. Le froid et la pluie augmentent le travail et le rendent  plus pénible et dur. 

Les chats sont davantage à l'intérieur, les chiens salissent beaucoup les couvertures et lieux de vie ( maison, niches, préau,..) et les animaux de fermes sont plus souvent aux étables.

Des étables qui ne peuvent pas être curées avec le tracteur. Tout le fumier doit être sorti manuellement , un travail très physique ,lourd et épuisant.

Les dizaines de paniers de linges à étendre et porter dans le grenier, cave ou chambre pour sécher sont une tâche  infinie à cette saison.

Même si peu de personnes , ne nous  croient, nous travaillons tous les jours jusqu'à minuit ou plus même si nous commençons tôt le matin.  

Soigner tout le monde, correctement , soigneusement, et maintenir tous les lieux propres demande un travail énorme et infini.  Il faut le faire même si on est fatiguée, épuisée, malade,... 

Comme nous vivons parmi eux et que s'absenter est très difficile, voir impossible, on est toujours "dedans" .

J'ai commencé à m'investir dans ce refuge il y a 13ans.  J'aime mon travail, travailler à leurs côtés, les soigner , les voir évoluer, leur offrir un foyer , un "chez eux".  

C'est un travail souvent difficile où il faut faire preuve de beaucoup de rigueur, de concentration, d'application et d'abnégation. Mes journées leurs sont entièrement dévouées. 

Dans ce monde où les  animaux de ferme sont abattus par milliers chaque jour,  voir nos 19 bovins, 80 équidés et  centaines de moutons rescapés, vivre en sécurité et en paix à la ferme ,  est la satisfaction de faire un travail utile.

Vendredi dernier, une liquidatrice judiciaire , nous a téléphoné pour nous demander d’intervenir rapidement pour deux ânesses en détresse, laissées à l’abandon dans un pré . 

Un de nos transporteurs est allé les chercher , elles peuvent à peine se déplacer, car elles ont des sabots de plus de 20cm, qui leur causent beaucoup de douleurs. 

Des urgences, des demandes de prises en charge nous en recevons chaque semaine, et même en  refusons beaucoup, en n’accueillant que les urgences, énormément d’animaux comptent sur nous pour leur venir en aide. 

Votre aide, votre soutien, est extrêmement précieux pour eux 

Avec toute notre gratitude,

Morlind Fiegl




 

 


 

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2020 7 20 /12 /décembre /2020 12:20
Un chat age de la rue découvre le confort du lit

Un chat age de la rue découvre le confort du lit

Chères donatrices, chers donateurs,

 

Tout d’abord j’aimerais vous remercier pour votre formidable soutien qui m’a très touché . Vos petits et vos grands et généreux dons nous permettent chaque mois, avec toutes nos forces, de sauver et soigner beaucoup d’animaux.

Malgré notre souhait au début de l’année de diminuer le nombre de nos animaux simplement parce mes forces physiques et morales faiblissent énormément nous avons finalement accueilli plus d’animaux que l’an dernier.

 

Nous les avons acceptés parce que nous étions leur dernière et seule chance avant l’euthanasie ou l’abattoir. Nous avons récupéré aucun chien de Roumanie mais sorti beaucoup de chiens d’ici de leurs conditions extrêmement misérables et violentes.

Des chiens enfermés toute leur vie dans un trou sans lumière et sans contact. De temps en temps de la nourriture et souvent de la violence.

Des chiens de chasse errants et maigres qui se retrouvent maintenant avec des personnes qui les aiment et leur donnent une nouvelle vie qu’ils n’ont jamais connu.

 

Nous sommes de plus en plus sollicités par des mairies qui sont confrontés à un grand nombre de chats sauvages ou abandonnés , chassés par tous le monde, piégés, empoisonnés, noyés. Si nous ne les prenons pas ils sont achevés par les chasseurs.

De plus en plus de vétérinaires nous appellent pour des chats de particuliers qui les amènent pour les faire euthanasier. Les chats ne sont pas propres ( un grand nombre de chats en France doit mourir pour l’hygiène) ou « agressifs » envers leur maîtres ou leurs autres chats ou chiens.

Arrivés chez nous ces chats ne montrent jamais un signe d’agressivité. Ils vivent paisiblement avec nous et d’autres chats.

De plus en plus d’SPA et associations nous demandent de l’aide pour des chats sauvages qui ne sont pas adoptables et trop stressés dans leurs structures. On les voit ici dans nos chatteries, maisons ou sur mon lit (!) content du confort , de la chaleur et de la bonne nourriture.

Ah oui mème un chat sauvage ou affamé abandonné sait après deux jours distinguer les croquettes Royal canin ou brekkies…

 

Mais c’est surtout la misère qui nous préoccupe. Des chèvres, moutons, ânes, vaches, chevaux, délaissés , malades, squelettiques, mourants de faim,silencieusement.

On nous les signale souvent et partout mais si les autorités administratives bloquent on ne peut rien faire sauf essayer de les acheter. De cette façon , nos étables sont pleines avec des animaux souvent à bout de force et mourant quelques jours plus tard.

Un ami à qui j’ai montré ces animaux était scandalisé et choqué par leur apparence et au vu qu’ils n’avaient que 1 ou 2ans .

 

Le début du massacre commence à leur naissance.

J’ai du mal de fêter Noël, la fête de l’amour , la fête de la naissance d’un enfant qui était accueilli dans une étable protégé par des animaux de ferme.

Maintenant je vois des milliard d’animaux gavés, torturés, transportés, étouffés et coupés en morceaux pour notre fête de l’amour.

La viande dans ces assiettes, était un être vivant, il avait une âme, un cœur, des sentiments, des sœurs et frère, une mère et il ne voulait en aucun cas mourir.

 

La chasse ici est en pleine activité , des chasseurs nous ont meme tués des animaux de nous, sans aucune conséquence .

 

Oui je suis usée par toute cette violence autour de moi et indifférence totale.

 

Mais il y a vous qui nous aidez financièrement de sauver , soigner et de maintenir en vie des centaines d’animaux. Merci infiniment pour votre soutien financier ou matériel qui va directement aux animaux.

Nous travaillons maintenant jusqu’à deux heures dans la nuit chaque jour, sans pause.

Merci aux personnes qui nous transportent dans des jours complètement surchargés des animaux à la ferme ou chez le vétérinaire.

Merci aux bénévoles qui font des longs transport d’animaux pour les sauver et les amener au refuge ; des bénévoles qui travaillent mais qui se libèrent souvent en urgence.

Merci à ceux qui apportent de la nourriture pour les animaux et du pain pour nous parce que c’est souvent la seule nourriture que nous mangeons pendant le travail.

Merci aux adoptants qui sont prêts d’accueillir un chien et d’écouter nos conseils. Des adoptants qui ont souvent la longue haleine pour un chien traumatisé. Des adoptants qui viennent souvent de très loin pour nous soutenir.

Merci aux personnes auxquelles on refuse une adoption parce que les conditions ne sont pas compatibles avec nos chiens et qui ne nous insultent pas.

Merci pour les FA pour les chats qui soignent avec beaucoup d’attention et d’amour nos bébés jusqu’à qu’ils soient prêts pour l’adoption.

Merci à tous ceux qui ont rendu un service et aidé cette année et qui nous ont soulagés

Merci pour votre solidarité et votre encouragement

Verena Fiegl

 

Lettre et rapport d'année 2020
Lettre et rapport d'année 2020
Lettre et rapport d'année 2020
Lettre et rapport d'année 2020
Partager cet article
Repost0
24 novembre 2019 7 24 /11 /novembre /2019 10:54
Rapport de fin d'année 2019

La Ferme des Rescapés

Le Fraysse

46700 Cassagnes

 

Tel:0604418045/ 0604421201

http://la-ferme-des-rescapes.org

 

Chères donatrices, chers donateurs

Le froid s’installe et nos maisons et chatteries sont pleines d’animaux qui cherchent un abri et de la chaleur.

L’année est presque finie et j’aimerais partager avec vous un bref bilan de nos sauvetages et de notre vie quotidienne.

La souffrance animale qui se manifeste pour chaque espèce nous a de nouveau obligé à accueillir un grand nombre d’animaux pour les sauver d une mort cruelle et certaine.

Nous avons organisé deux grands transports depuis une fourrière roumaine, un mouroir et un lieu où règne une violence humaine sans fin.

Parmi les chiens qui sont arrivés à la Ferme des Rescapés, certains, bien que traumatisés, ont une grande capacité de résilience . Nous avons pu trouver des personnes merveilleuses qui leur donnent amour et attention.

Il y a d’autres chiens qui ne sont pas encore prêt pour l’adoption , malgré beaucoup de travail de notre côté. Ils sont terrifiés par l’humain.

 

Deux fourrières nous ont également confié un très grand nombre de chats. Elles nous les ont amenés afin de leur éviter l'euthanasie. Il y a des chats sauvages mais aussi des chats abandonnés, parfois très beaux et affectueux.

Les chats sauvages sont rarement plus agés que 3 ou 4 ans. « Chats libres» dehors , face aux maladies et aux dangers , leur espérance de vie est très courte.

On nous a apporté des chats trouvés dans la rue qui traînaient depuis des semaines avant que l'on nous avertisse. Malheureusement, le temps qui s'est écoulé avant leur prise en charge est bien souvent trop long et certains n’ont pas survécu.

Une petite chatonne siamoise, type sacré de Birmanie âgée de tout juste 3 mois traînait autour d une maison et éventrait les poubelles comme nous l'a expliqué la femme qui nous l'a finalement apportée. Un matin elle l’ a finalement trouvé blessée. Elle ne lui avait jamais donné quelque chose à manger.

Jamais je n'oublierais comment la chatonne me parlait, ni comment elle engloutissait la nourriture avidement tous les jours.

Abandonnée, jetée hors d'un foyer, elle n'a jamais été aidée par personne et s'est retrouvée seule dans la nature.Mais, comme toujours, les chats abandonnés ne se débrouillent pas seuls.

Malgré les traitements, son état ne s’est pas amélioré. Le vétérinaire a constaté que sa colonne vertébrale était cassée, probablement suite à un coup reçu ou un autre traumatisme.

Nombreuses sont les personnes qui ont pour devise: surtout ne pas donner à manger, ne pas abriter un animal en détresse qui pleure, qui nous suit, qui miaule devant la porte. Il risquerait de penser qu'il a trouvé une maison.

«On n'a pas les moyens», combien de fois ai-je entendu cette phrase pour justifier son propre égoïsme et son indifférence.

Le dernier service que j'ai pu rendre à cette chatonne était de la faire euthanasier par notre vétérinaire parce qu’elle a été abandonné, dehors, seule, livrée à elle-même. Une enfant terrifiée, sans protection, affamée.

Je pourrais vous raconter un livre d'histoires comme celle-là.

Nous sommes confrontées chaque jour à une cruelle et stupide mentalité qui nous détruit à petit feu.

Maintenant il est très tard et le dernier chien s'est enfin endormi paisiblement au chaud avec le ventre plein.

Pareil pour tous les chats sur les canapés, lits, fauteuils, à côté des radiateurs. Les uns se blottissent contre les autres, il y a beaucoup de gestes tendres et affectueux entre les chats sauvages. Je ne trouve plus une place pour moi dans mon lit....

Les chèvres, moutons, vaches , veaux et chevaux qui ont trouvé refuge sur notre ferme cette année, ont été épargné des longs transports en Espagne ou Italie et ne seront pas entassés, égorgés et abattus.

Cette année nous avons réalisé beaucoup de travaux au sein du refuge: Nous leur avons agrandi leur espace, leur étables , leurs parcs et leurs chatteries. Nous avons réaménagé des structures et en avons construit de nouvelles pour que leurs besoins soient satisfaits.

 

Tout cela grâce à votre aide, à votre soutien, petit ou grand, régulier ou ponctuel.

 

Ensemble, vous formez la structure qui sauve, nourrit, abrite et rend 700 animaux heureux.

 

Un immense Merci.

 

Verena Fiegl

 

Entre janvier et novembre 2019, l’association a accueilli 101 chiens , environ 210 chats, 11 équidés, 2 veaux et une trentaine de chèvres et moutons.

 


v

Rapport de fin d'année 2019
Partager cet article
Repost0
4 août 2019 7 04 /08 /août /2019 09:35
Rapport mi-annuel 2019
Rapport mi-annuel 2019
Rapport mi-annuel 2019
Rapport mi-annuel 2019
Rapport mi-annuel 2019
Rapport mi-annuel 2019


Cassagnes, le 29 juillet 2019            

Je vous écrit aujourd’hui  pour vous remercier pour votre soutien si fidèle et précieux.
En même temps j’aimerais vous donner  un peu de nouvelles de la Ferme des ces dernières semaines. Je ne vous parle même pas de l’abandon immense qui nous submerge  avec des chats, chatons et chiens. C’est pire que jamais. 
Tout le monde veut « se débarrasser » comme ils disent littéralement au téléphone. Ils n’ont aucun scrupule, aucune honte. Ils nous apportent des animaux noirs de puces, maigres  et nourris avec de la nourriture premier prix et bas de gamme. 
Après ils nous appellent pour prendre des nouvelles parce que ils ont « un pincement de cœur » . Certains nous sollicitent à 7h du matin ou 23h du soir pour « un renseignement ». Ils nous insultent parce que nous n’avons pas eu le temps de répondre à leur email d’hier. D’autres le prennent mal si on veut rapporter une visite pour des dons de couvertures parce que nous n’avons pas le temps de ranger ou de mettre un tas de  soit disant « don » à la poubelle. Certaines personnes nous confondent avec la déchetterie. 
 Nous nettoyons, soignons chaque jour , 7 jour sur 7jour. 
J’avais deux grandes opérations , mais pas une minute de repos possible. 
Nous sommes sollicités par des grandes fourrières qui n’arrêtent pas d’euthanasier car elles sont tellement submergées. Elles nous « laissent le choix » de dire combien ou lesquels nous sommes encore capable de sauver de la mort. 
En même temps une association toulousaine nous contacte pour prendre en charge une chatte incontinente   de tout, sinon elle sera euthanasiée . Dès qu’ils arrivent , ils critiquent et jugent , car ils trouvent qu'ils y a trop d'animaux  et pourquoi les chats ne sont pas constamment libres. Il y a un chat qui pleure pour avoir  des  câlins.  Nous leur expliquons que les chats risquent de se faire écraser  s’ils sortiraient à cette entrée, il y a trop  de voitures et de camions qui arrivent constamment et les gens ne font pas attention. Ils ont un accès à l’extérieur de l’autre coté. 
Nous rappelons à l’association que c’est eux qui nous ont contacté, qui voulait apporter cette chatte chez nous qui nous dit que nous étions son dernier secours. 
Bien sur nous avons beaucoup de chats, parce que pour tous ces chats, nous étions le dernier secours. Ils seraient tous morts s’ils n’avaient pas pu trouver refuge à la Ferme. 
Nous dépensons des milliers d’euros pour de la bonne nourriture, la litière, le chauffage  des chatteries et maisons (poêle à granulés, lampes chauffantes, radiateurs), l’entretien, et les machines à laver  de 15kg qui tournent sans arrêt pour que tous aient des couvertures propres . 


Nous prenons des chats accidentés et les faisons soigner,  nous payons constamment pour des hystérectomies parce les chats qui arrivent de particuliers ou de fourrières sont toujours gestantes. Quand les particuliers nous apportent leur chatte avec ses chatons, elle est déjà de nouveau gestante. Les chats sociables de fourrière qui avait un foyer avant de se retrouver abandonnés ne sont jamais stérilisés.  
Nous voyons des associations  qui récoltent beaucoup de dons pour trois animaux qu’ils médiatisent beaucoup. Nous les apportons simplement chez le vétérinaire, payons et continuons notre travail jusqu'à minuit. 
Je ne peux pas dormir parce que je panique quand à la situation financière du refuge , le travail immense, des insultes des gens chaque jour  et ma santé qui se dégrade . 
Nous versons régulièrement beaucoup d’argent à une bénévole roumaine qui nous sort des chiots et des chiens d’une terrible fourrière roumaine où les chiens se tuent par faim ou soif , et meurent de maladies ou agonisent. 
La situation là-bas est désastreuse, la souffrance est énorme, presque aucun chien ne sort sans l’aide d’une association étrangère , qui elles se retirent de plus en plus.
Le transport de ces chiens jusqu'à la ferme nous coûte beaucoup d’argent (150€ par chien) en plus de la préparation et les médicaments. Mias nous sommes leur seule chance.
Le travail et  l’organisation nécessaire  jusqu'à qu’ils   puissent enfin sortir de la fourrière est énorme et usant. La moitié des chiens meurent avant , déchirés par les autres, électrocutés, tapés à morts ou en succombant à des maladies. 


Lorsqu’ils arrivent chez nous , ils sont souvent inapprochables, terrorisés, tétanisés pendants des semaines et des mois. Jusqu'à qu’ils sont prêts  à l’adoption, nous investissons beaucoup de temps , de travail et de patience. Sans parler des dégâts qu’ils font . Quelques fois ils restent plus d’un an chez nous. 
C’est la raison pour laquelle nous nous permettons de poser des questions aux futurs adoptants pour vérifier si leurs attentes du chien et leur capacité d’éduquer et d’aimer correspondent avec la personnalité du chien .
Oui  nous avons des jolis chiens , des beautés mais ce ne sont pas forcément les plus faciles. Le chien noir au fond peut avoir un caractère plus profond et bon mais bien sur il est moins décoratif . 
Nous nous gardons le droit de décider les adoptants. Il faut juger si les  personnes sont juste amoureux de l’apparence  et obstinés de leur choix même s’il ne connaissent qu’une photo du chien  ou s’ils aussi la compréhension , l’endurance et la patience si le « beau chien » reste 6 mois compliqué et ne «  fonctionne » pas du tout . 
Ces derniers temps nous avons passé des heures voir des jours avec des adoptants , en leur expliquant l’état traumatisé du chien roumain , bien plus craintif et compliqué qu’un  chien craintif d’une SPA classique. 
Le lendemain ils veulent le rendre parce que il est trop sauvage. C’est à nous d’organiser un transport  à nos frais pour  ramener le chien  au refuge. Sinon on risque que le chien se perd…
Ne  me comprenez  pas mal, nous aimerions faire adopter plus de chiens. Mais nous les  aimons  et là où ils vont, ils  doivent avoir une vie meilleure. 
Nous ne sommes pas un magasin qui satisfait  les caprices des gens.

Chaque retour est une déstabilisation énorme pour un chien .  
Chaque adoption est une responsabilité énorme pour nous, nous devons faire le bon choix . 


Pendant que certains d’entre vous  passent  des bonnes vacances, nous n’avons parfois même pas le temps de manger à midi ou de prendre une heure pour nous. Nous sommes démoralisées et épuisées et pour moi, cela va être la dernière année en tant que présidente. 
Je travaille et je sauve mais je suis incapable de médiatiser chaque animal ou sauvetage pour nous  sur les réseaux sociaux pour récolter les dons nécessaires à l’association pour continuer et exister. Ce n’est pas mon style simplement. 


Je vous remercie pour votre fidélité , pour votre soutien et votre aide  qui nous permet même si nous sommes seulement deux femmes de sauver plus d’animaux que n’importe qui. 
On continue de donner une chance à tous ceux qui n’en ont jamais eu une .
Sans vous et votre cœur cela ne sera pas possible.
Je vous remercie de tout mon cœur
Je vous invite à regarder notre nouvelle vidéo qui a été réalisé par des bénévoles
               Verena Fiegl 
 

Rapport mi-annuel 2019
Rapport mi-annuel 2019
Rapport mi-annuel 2019
Rapport mi-annuel 2019
Rapport mi-annuel 2019
Rapport mi-annuel 2019
Rapport mi-annuel 2019
Rapport mi-annuel 2019
Rapport mi-annuel 2019
Rapport mi-annuel 2019
Partager cet article
Repost0
4 décembre 2018 2 04 /12 /décembre /2018 08:15
Dans notre combat nous avons besoin de vous

J’aimerais vous remercier et vous faire part de toute ma gratitude concernant votre soutien.

Cette année, je n’ai pas trouvé le temps de vous écrire un rapport annuel, justement parce que le temps nous fait cruellement défaut.

En effet, nous nous consacrons entièrement aux nombreux animaux qui vivent ici. Certains sont d’anciens pensionnaires, d’autres sont arrivés au cours de l’année.

Nous avons accueilli 100 chiens  , beaucoup venant de Roumanie. Certains  étaient  dans un état catastrophique.
Heureusement, nous avons eu aussi de belles adoptions grâce à des adoptants chaleureux.

La situation des chats ne s’améliore pas.
Des chats sociables et surtout des chats sauvages sont amenés régulièrement dans notre refuge et, même à cette période, nous accueillons encore des chatons.

Tout au long de l’année, nous avons été, pour tous ces animaux, le dernier recours.

Nous sommes constamment obligées de refuser notre aide à un grand nombre d’animaux et nous savons pertinemment que, chaque refus de notre part, signifie la mort ou l’abandon de l’animal.
Chaque jour, nous répondons à une vingtaine d’appels concernant des abandons, des actes de cruauté ou de graves négligences sur des animaux de ferme ou de particuliers.

Nous sommes insultées lorsque nous refusons de prendre en charge un animal ou bien lorsque nous ne sommes pas disponibles tout de suite.

En plus de notre importante charge de travail, nous devons également vivre avec des décès d’animaux qui nous étaient chers, auxquels nous étions très attachées.

Depuis plusieurs semaines et, malgré tous les efforts que nous avons déployés nous n’arrivons pas à retrouver mon chien, Elvis, récemment arrivé de Roumanie, terrorisé et en fuite.
Il se retrouve dans un monde indifférent, dans un milieu hostile, d’autant plus à cette période où les chasseurs sont partout.

Comme si cela ne suffisait pas, les services vétérinaires nous ont demandé des aménagements structurels très chers et notre situation financière est critique .

Notre vieux tracteur a également dû être remplacé et le nouveau nous a coûté 11000 euros.

Nous nous privons de tout pour survivre avec nos animaux.

Mais nous avons encore sauvé énormément de vies et nous avons épargné à tous ces animaux une mort cruelle. Bon nombre d’entre eux sont tout simplement heureux ici.
Et cela reste, pour nous, l’essentiel.

Je vous prie de continuer à nous soutenir et je vous remercie encore pour toute votre aide.

Je vous souhaite de bonnes fêtes, en paix.

Cordialement,

Verena Fiegl

Dans notre combat nous avons besoin de vous

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2017 5 01 /12 /décembre /2017 09:41

La Ferme des Rescapés

Le fraysse

46700 Cassagnes

 

http//:la-ferme-des-rescapes.org

Tel : 06 04 41 80 45

 

Une question de vie ou de mort

 

Chères lectrices, chers lecteurs,

 

Je tiens d’abord à vous remercier pour votre aide. Sans votre soutien financier, la Ferme avec ses centaines d’animaux ne pourrait pas continuer. Même si nous sommes soutenues par la Fondation 30 Millions d’Amis et la Fondation Brigitte Bardot, la grande majorité des frais est payée par vos dons. Le fait que nous soyons le seul refuge à accueillir des chats sauvages ou des chats déclarés comme agressifs fait venir des chats de toute la France, soit de particuliers, de fourrières ou d’associations. Le travail de nettoyage et de soins dans toutes les maisons et chatteries est énorme. Mais il n’y a même pas le temps d’être épuisées moralement ou physiquement. L’abandon en France est pire que jamais, la cruauté humaine envers les animaux devient de plus en plus un amusement et une banalité.

 

Chaque jour, je suis confrontée à des atrocités envers des animaux et à une indifférence des gens vis-à-vis de leurs propres animaux comme envers les animaux errants " Se débarrasser par tous les moyens, sans attachement, sans pitié » c’est la règle.

 

Cette année, nous avons commencé à sortir des chiens de deux différentes fourrières de Roumanie, après avoir découvert les conditions de vie ou de mort indescriptibles qui règnent là-bas. Les chiens, victimes de torture, arrivent très souvent dans un état terrorisé et presque détruits. La vie à la Ferme, libres, en meute et sans violence aide à surmonter leurs blessures et séquelles, même si c’est quelquefois une question de mois, voire d’années. Nous avons quand même des résultats spectaculaires et pouvons placer des chiens extraordinaires, paisibles et joyeux. Les adoptants sont comblés. Par contre, le fait de les faire venir à la Ferme nous coûte une fortune et est épuisant car l’organisation logistique est très lourde. Ce n’est que l’amour pour ces chiens qui nous a donné la patience et la force pour surmonter toutes les difficultés et le travail quotidien.

 

Je ne veux pas oublier les animaux de ferme (chèvres, moutons, volailles, chevaux) que nous accueillons aussi pour les sauver de l’abattoir. Malheureusement, nous sommes souvent obligées de refuser certains de ces animaux comme les veaux, cochons ou vaches car nous sommes à la limite de nos capacités d’accueil, mais aussi personnelles. N’oublions pas que ces fêtes de Noël signifient pour les animaux surtout un grand massacre et de la souffrancePour continuer à diminuer le désespoir et la peur des animaux même à petite échelle, je vous prie de continuer à nous soutenir dans notre combat. Nous nous privons de tout, nous travaillons chaque jour jusqu’à 1 ou 2 heures du matin, mais nous avons besoin de votre aide financière pour tenir et avancer.

Avec toute ma reconnaissance et bonnes fêtes de fin d’année dans la paix.

 

Un grand merci à tous les bénévoles qui nous ont apportés leur aide cette année.

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2016 1 12 /12 /décembre /2016 08:11
Chères lectrices, chers lecteurs,
 
Cette année fut du jamais vu en matière d’abandon. Déjà, au début de juillet, tous les refuges et associations autour de nous étaient complets. Les fourrières du sud nous ont apporté des dizaines de chats et de chatons qui étaient sur une liste d’euthanasie parce qu’aucun refuge ne pouvait encore les prendre. Nous travaillons jour et nuit pour faire face à cette misère.
La situation pour les chiens et les animaux de ferme n’est guère meilleure. Chaque jour nous recevons des signalements d’animaux délaissés ou en train de mourir de faim. Quelquefois nous récupérons des moutons, chèvres, chevaux, etc avec des lésions irréversibles.
Les cas de maltraitances envers les animaux augmentent considérablement. Nous avons accueilli plusieurs chatons blessés parce qu’ils ont été jetés d'une voiture. Des chats mourants ou grièvement blessés, parce qu’ils ont été écrasés volontairement par des jeunes qui s’amusaient. 
Nous accueillons de plus en plus de chats « sociables »  mais terrorisés parce qu’ils ont été maltraités par leurs maîtres. 
Avec tous les animaux qui sont arrivés et avec les travaux nécessaires pour les aménagements, nous sommes aussi financièrement à bout de souffle.
C’est pour cela que je me permets de vous demander de l’aide et du soutien pour cet hiver. Des centaines d’animaux de cette ferme en ont besoin. 
 
Je vous souhaite de bonnes fêtes et tous mes meilleurs vœux. 
Bien cordialement
 
Verena Fiegl
Le mot de la présidente
Le mot de la présidente
Partager cet article
Repost0
26 février 2016 5 26 /02 /février /2016 00:15

Notre capacité d'accueil est limitée. Les animaux recueillis ne représentent que les urgences de la détresse autour de nous.

 

Beaucoup de personnes se demandent comment nous arrivons à soigner les animaux, nettoyer les structures et gérer ce refuge correctement.

Mais il faut dire que nous travaillons bénévolement l'équivalent en temps de travail de 7 salariés à temps plein.

Même si nous avons quelques bénévoles efficaces, nous travaillons au moins 16 heures par jour, 7j/7 , tous les jours de l'année.

 

BILAN FINANCIER 2015

Les charges correspondent aux :

 

-Frais construction chatteries

11 630,00 €

- Frais de nourriture

chats

oiseaux, NAC's

aliments complémentaires chevaux, lait en poudre pour chevreaux/ agneaux orphelins, grains volailles

 

24 000 €

1385 €

4680 €

 

- Foin et paille

 

10000 €

 

- Litière pour chats

 

7670 €

 

- Frais maréchal ferrant et dentiste équin

 

1000 €

 

- Frais vétérinaires

 

31640 €

- Frais d’entretien des structures :

Matériel, grillage, piquets, planches, lampes chauffantes, outils...

 

8000 €

- Frais de fonctionnement :

eau

électricité, chauffage

gasoil

aspirateurs, machines à laver

produits d’hygiène et de nettoyage

frais poste, communication

- Frais administratif

 

800 €

2724 €

846€

500 €

900 €

1284 €

1020

 

TOTAL

 

108 079 €

 

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2015 3 11 /11 /novembre /2015 14:21

LA FERME DES RESCAPES
Le Fraysse
46700 Cassagnes
Tel : 05 65 36 64 85  
Ou   06 04 41 80 45     
http://la-ferme-des-rescapes.org
http://lafermedesrescapes.over-blog.org/      
            

    Chère Madame, Cher Monsieur,

    Merci beaucoup pour votre don et votre soutien à la Ferme des Rescapés ; nous en avons tellement besoin. Cette année, nous avons récupéré un grand nombre de moutons et de chevaux ainsi que quelques chèvres. Beaucoup étaient malades et dans un état de maigreur extrême. Mais la majorité des animaux qui sont arrivés à la Ferme cette année étaient des chats sauvages ou abandonnés.
   Davantage d’associations nous ont demandé de l’aide parce que des chats étaient menacés de mort, soit par des particuliers, soit dans les fourrières. Le fait d’être stérilisés ne les a pas protégés. Nous travaillons régulièrement avec trois fourrières qui ont pu baisser de façon drastique leur taux d’euthanasie parce que c’est la Ferme des Rescapés qui récupère leurs chats sauvages, malades, handicapés, etc. Quelquefois, nous récupérons des chats sociables avec les humains, mais ils sont de couleur banale (noirs et blancs, gris et blancs, noirs) ou bien ils ne sont plus tout jeunes. Personne ne les veut. Les associations et refuges qui ont le droit de récupérer des chats de la fourrière ne les choisissent pas car ils ne pourront pas être adoptés. Ces chats meurent parce qu’ils ont la « mauvaise » couleur, ou bien des kilos en trop ou pas assez, mais surtout parce qu’ils sont trop nombreux.
Pour faire face à l’arrivée de ce grand nombre de chats, nous avons fait construire trois nouvelles chatteries. Une de ces chatteries est destinée aux chatons, pour éviter des maladies. Toutes les chatteries ont un parc attenant sécurisé. Après être restés quelques temps dans les chatteries, beaucoup de chats vivent avec nous dans la maison. Ils ont accès à toutes les chambres, ils sont dans la cuisine, sur les armoires, le réfrigérateur et l’évier, sur les canapés et les lits... Ils ont également accès au grenier d’où ils peuvent sortir dans le jardin ou dans nos champs. Certains perdent leur peur, d’autres restent méfiants. Les plus confiants couchent sur le canapé près des chiens ou dans les « bras » d’un chien.
    Le travail est immense. Nous nettoyons toute la journée jusqu’à minuit, à un rythme très soutenu, souvent sans pause. Et même si les moutons, chèvres, chevaux, poules, lapins, cochons d’Inde vivent en liberté, ils ont tous accès aux étables que nous devons nettoyer quotidiennement. Nous avons quatre lave-linge qui tournent de 6h à 23h tous les jours. 40 chiens vivent avec nous et apportent aussi du travail.
    Cette année, nous avons réalisé de beaux placements. Une dizaine de chiens ont ainsi trouvé le bonheur absolu et, d’après les témoignages, leurs nouveaux maîtres également. Merci beaucoup à toutes ces personnes pour leur patience et leur compréhension.
    Cette année, un nombre considérable de chevaux destinés à l’abattoir est arrivé à la Ferme. Presque tous étaient victimes d’une exploitation extrême dans des centres équestres ou chez des particuliers. Délaissés, sans nourriture, malades et laissés sans soins, ils sont arrivés squelettiques, boiteux, blessés. Ils ont dû travailler jusqu’à leur arrivée à la Ferme et on peut dire que les gens ont monté de vraies « ruines » sans aucuns scrupules. Où sont les cavaliers et cavalières qui ont une conscience ?
    Et pourtant, c’est nous qui recevons des critiques : « la Ferme des Rescapés laisse mourir de faim ses chevaux », « Pourquoi les chevaux de la Ferme des Rescapés sont si mal en point ? ». Une autre critique qui nous est faite : « Pourquoi avons-nous des chats partout ? ». « Pourquoi en prenons-nous encore ? Il faut dire non ».
   Oui, nous disons non, mais d’une autre façon. Nous disons non, on ne les laisse pas mourir de faim, on ne les laisse pas se faire tuer d’un coup de fusil ou à coups de pied ou de pelle, avec de la mort aux rats ou d’autres poisons, ou encore par une injection chez les vétérinaires. Nous voulons leur éviter d’étouffer dans des poubelles, de pourrir dans des pièges, d'être massacrés dans des villages ou exécutés dans des fourrières. Nous savons qu’il y a des centaines de chats qui sont tués chaque mois parce qu’il n’y a plus de place dans les refuges ou bien parce que personne n’en veut. Nous travaillons avec des fourrières, des refuges et des associations et nous connaissons la réalité. Et même si nous consacrons toute notre vie à sauver des animaux, notre travail n’est qu’une goutte dans un océan de misère. Mais au moins ici, les chats ont une maison et des personnes qui prennent soin d’eux. Ils ont de la place, ils ont le chauffage et sont dans un environnement propre et douillet. Nous dépensons une fortune pour leur nourriture (régulièrement des croquettes Royal Canin, voir factures) et les soins vétérinaire (voir factures). Nous travaillons avec trois cabinets vétérinaire des environs et une clinique vétérinaire de Toulouse, spécialisée dans les maladies des chats. Les gens qui nous critiquent ont souvent un seul animal ou même aucun, parce qu’ils ne veulent pas renoncer à leur confort.
    Les animaux qui vivent ici viennent souvent de très loin, tout simplement parce qu’il n’existait pas une personne ou une structure plus proche pour eux. Ce ne sont pas des animaux que nous avons pris sur Le Bon Coin parce que nous voulions des animaux. Non, nous entendons souvent : « Vous êtes notre dernier recours, nous avons déjà demandé partout ». Ici, les animaux ne vivent pas dans un parc animalier. Ce sont de véritables rescapés, grâce aussi aux personnes qui ont fait un trajet de plusieurs heures pour les amener à la Ferme. Ceux qui vivent ici ont pu échapper à des massacres sans scrupules, ni pitié. Nous luttons contre la mort et la souffrance chaque jour et durant beaucoup de nuits. Souvent, malgré tous les soins, c’est un échec. Nous vivons dans la peine.
     Nous ne sommes pas contre l’adoption. Mais la plupart des gens qui viennent à la Ferme viennent pour déposer leur animal ou celui qu’ils ont trouvé, pas pour en adopter un. Nos chatons sont, pour la majorité d’entre eux, gris, noirs, noirs et blancs, à poils courts, mais pas bleus ou angoras. Ils crachent et ne montent pas sur les genoux pour se faire caresser.
    Merci à Chantal qui a adopté une cinquantaine de cochons d’Inde de la Ferme. Ils vivent maintenant chez elle en toute liberté avec beaucoup d’abris et de soins.
    Merci à nos bénévoles qui font des trajets et organisent des transports sur de longues distances, avec beaucoup de responsabilités. Merci à Brigitte et à Monsieur Germier qui ont ainsi aidé à sauver de nombreux chats. Merci à Marie-Line, Anne-Marie et Annie, à Georges, Pierre et Olivier qui nous donnent régulièrement un coup de main. Merci à toutes les personnes qui nous ont apporté de la nourriture ou du matériel. Pardon à tous ceux qui voulaient nous rencontrer et pour lesquels nous n’avons pas eu de temps à consacrer. Mais chaque heure que nous perdons dans la journée nous manque le soir pour les soins des animaux.
    Merci infiniment à toutes nos donatrices et à tous nos donateurs qui nous comprennent et nous soutiennent en toute confiance pour que nous puissions continuer d’ouvrir cette maison à tous les animaux qui peuvent être sauvés. Leur soutien régulier nous permet de nourrir, nettoyer et soigner tous les animaux présents à la Ferme. C’est grâce à votre générosité que 600 animaux peuvent vivre ici en toute dignité. Merci pour vos encouragements.

Verena FIEGL
 

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 00:56

LA FERME DES RESCAPES
Le Fraysse
46700 Cassagnes
TEL : 05 65 36 64 85 - 06 13 77 09 09
Email : protectionanimaux46@gmail.com
http://la-ferme-des-rescapes.org
http://lafermedesrescapes.over-blog.org


Le 30 novembre 2014


Chères amies,
Chers amis,


Cette année fut une année exceptionnelle. Nous avons accueilli plus d'animaux que
jamais. Nous travaillons avec plusieurs refuges et fourrières et le très bon contact avec leurs équipes dévouées nous permet de sauver plusieurs dizaines d'animaux destinés à l'euthanasie.
De plus en plus d'associations nous ont contactées parce que les cités où se trouvaient des chats errants n'étaient plus des lieux sûrs et qu’ils étaient menacés de maltraitance ou de mort. Bien sûr, le travail s'est énormément intensifié et quelques-uns parmi vous ne nous ont pas toujours trouvées très accueillantes. Mais les heures que nous passons avec les visiteurs nous manquent le soir et dans la nuit pour dispenser les soins nécessaires aux animaux.
Avec le travail quotidien, nos moyens de faire de la publicité pour notre association
sont très limités, mais la Ferme des Rescapés est tout de même devenue synonyme d'un
bon refuge pour des animaux non désirés. Un refuge dans lequel trouvent un foyer ceux qui sont malades, vieux, handicapés, mentalement perturbés, pas propres, «agressifs ou caractériels» ou simplement «de trop».

De plus en plus de personnes qui nous sont reconnaissantes d’avoir recueilli leurs animaux nous promettent de nous faire connaître. Cette action est très importante pour la Ferme, car évidemment le grand nombre d'animaux engendre des frais énormes. Même si nous faisons beaucoup de soins nous-mêmes, les frais vétérinaires restent élevés. Les médicaments, les stérilisations et castrations obligatoires coûtent chers.


Nous avons maintenant plus de 35 équidés et environ 120 moutons et chèvres qui
demandent chaque année du foin et de la paille pour plus de 10 000 €, sans parler des frais pour le maréchal ferrant, le dentiste et la nourriture complémentaire pour les vieux animaux ; plus de la moitié de nos chevaux sont âgés.


Cette année, nous avons recueilli un nombre de chiens plus important que les années précédentes. Des refuges et des fourrières nous ont contactées, mais plusieurs chiens ont aussi été abandonnés directement devant la porte du refuge.
Grâce à une amie allemande qui récupère en priorité des chiens de chasse qui sont en général destinés à rester dans les refuges où ils sont menacés de mort, une dizaine d’entre eux connaît maintenant une autre vie. Nous avons détaché plusieurs chiens de leur chaîne chez des chasseurs. Ils étaient attachés depuis plusieurs années, parfois depuis leur enfance. Eux qui n'avaient pas d’abri, souvent pas assez de nourriture, vivent maintenant dans une maison, mangent à leur faim et sont enfin soignés correctement.
Grâce à des adoptants très compréhensifs et humains, 16 chiens de la Ferme des Rescapés ont trouvé cette année un foyer où ils sont enfin aimés. Les adoptants se sont sentis très touchés par la tendresse et l’amour de l’animal qu’ils ont adopté, un chien qui avait pourtant été bousculé toute sa vie. Ces adoptions nous ont permis d’avoir de la place pour d’autres, mais la liste d’attente est malheureusement infinie.

Malgré plusieurs bénévoles qui viennent nous aider de temps en temps, le travail quotidien est immense et repose sur les épaules de ma fille et de moi-même. Cela fait 6
ans maintenant qu’elle travaille entre 15 et 17 heures par jour pour tous les animaux de la
Ferme. Elle est l’amie des chèvres et des chiens qui la suivent partout. Beaucoup de chèvres cruellement maltraitées, exploitées, presque mortes de faim ou de soif, découvrent grâce à elle une autre vie. Ce nombre de chèvres ne diminue pas. L’élevage intensif d’animaux cause encore plus de victimes.

Les animaux de ferme, souvent oubliés, prennent chez nous une place importante malgré le grand nombre de chiens et de chats. A peu près 150 poules d’élevage de batterie sont sorties de leur calvaire cette année et prennent maintenant plaisir à gratter et à chercher des vers autour de la Ferme. Ce sont elles qui rentrent en dernier, le soir, dans le poulailler, comme si elles voulaient rattraper le temps passé dans leur prison.


Voici une petite anecdote qui illustre à merveille l’ambiance qui règne à la Ferme. Hier soir,
quand nous avons fait notre promenade avec les chiens qui, comme à leur habitude, couraient partout, une chèvre se trouvait encore seule dans un pré à côté de Milwaukee, notre grande vache. Quelques chiens se sont mis à courir vers la chèvre qui s’est sentie menacée. Mais instinctivement, elle s’est approchée de la vache, même si elle avait peur de sa grande taille.
Milwaukee comprit la situation et tourna légèrement la tête avec ses longues cornes vers
les chiens qui s’arrêtèrent aussitôt. Ce fut un geste spontané, solidaire et très souverain.
Milwaukee n’eut pas du tout peur et protégea simplement la chèvre. Il faut savoir qu’avant
d’être recueillie à la Ferme, Milwaukee était attachée à une chaîne très courte, avec pour seul horizon le mur de sa prison. Sa seule source de lumière était une porte qui ne s’ouvrait que rarement. Quand elle est arrivée chez nous, elle paniquait et avait peur de sortir. Nous étions obligées de l’enfermer pour la calmer. Maintenant, elle est tranquille, souveraine et son poids a doublé. Elle démontre, comme l’ensemble des animaux de la Ferme des Rescapés, qu’il y a une vie commune possible, sans violence ni humiliation, mais avec de la liberté, du respect, de l’espoir et de l’amour. Elle démontre qu’il faut donner sa force et sa voix pour les êtres vulnérables.


J’aimerais vous remercier pour tous vos dons financiers, d’autant plus que
la conjoncture est difficile. Avec votre soutien, votre générosité et votre fidélité, vous nous
donnez la possibilité de continuer à sauver des vies.
J’aimerais aussi remercier les personnes qui viennent à la ferme pour nous apporter des
dons matériels, lesquels nous sont précieux. Cette année fut aussi exceptionnelle sur ce plan-là.
Nous avons rencontré des personnes dévouées à la cause animale et ces rencontres furent marquantes pour nous.
Avec votre aide, au moins les centaines d’animaux de la Ferme des Rescapés ne sont plus menacés de maltraitance, de violence ni de mort et passeront un Noël en paix. J’espère qu'un très grand nombre de personnes, parmi vous, ne mangera ni viande, ni foie gras.
Je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d’année.
Avec toute ma gratitude,
Verena FIEGL

Partager cet article
Repost0

Contacter L'administrateur

  • : La ferme des rescapés
  • : Ce blog décrit les actions de l'association "La ferme des rescapés", située dans le sud-ouest de la France (Lot). Cette asso lutte activement contre la maltraitance et l'abandon des animaux. Elle s'oppose également à l'envoi d'animaux à l'abattoir, à la présence d'animaux dans les cirques et à l'exploitation des animaux en général.
  • Contact

L'association

Dans le Lot, sauvés de l’abattoir, de l’euthanasie, de la cruauté ou de l’irresponsabilité, près de 600 animaux de compagnie et d’élevage vivent sur notre ferme-refuge de 29 ha, véritable havre de paix pour eux.

 

Recherche

ACTUALITES

AVIS A TOUS LES TEAMERS !

Teaming, problèmes et solutions

Lire la suite ici

Contacter l'association

léphone : 05 65 36 64 85

ou 06 04 41 80 45

Adresse : La Ferme des rescapés

Chez Mme Verena Fiegl

Le Fraysse

46700  Cassagnes  

Mail : protectionanimaux46@gmail.com

 

Notre site web

Sur notre site web

vous trouverez tous les moyens de nous aider

(dons matériels, bénévolat, achats solidaires, micro-don...)

Faire un don grâce à Paypal

 

L'adoption sauve une vie !

Les adoptions sont indispensables pour que nous puissions continuer

à accueillir des chiens en grande détresse.

La suite ici

Utiliser le moteur de recherche LILO

Appel à la mobilisation !

Aidez-nous en utilisant le moteur de recherche LILO !

C'est 100 % gratuit !

Lire la suite ici

Notre fiche sur Lilo