Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2013 7 20 /01 /janvier /2013 21:42

IMG_1540.JPG 

 

Elle avait trois ans. Jamais au cours de sa vie elle n'a vu la lumière du soleil. Jamais elle n'a pu goûter un brin d'herbe ni ronger l'écorce d'un arbre.

Jamais elle n'a pu être elle. Une jeune chèvre qui voulait vivre, courir, être heureuse et s'amuser. Non, pendant ces trois années, elle a été enfermée dans un bâtiment. Elle a été exploitée jusqu'à la mort.

Je ne sais pas quel nom lui donner, tout ce que je sais c'est que je ne l'oublierai jamais.

 

Son éleveur l'a apportée chez nous avec le tracteur, étant donné que les routes étaient impraticables à cause de la neige.

Elle était allongée sur coté. Elle s'était cognée la tête. Sa position avait l'air horrible et je l'ai juste vite prise dans mes bras. J'ai vu qu'elle était déjà tellement maigre que je pouvais la porter toute seule.

C'était une grande chèvre, haute sur pattes. Elle a sûrement été très belle. Elégante.

Hier, quand je l'ai vue, elle n'était plus qu'un squelette recouvert de peau. L'ombre d'elle-même.

 

Avec ma mère, nous l'avons portée en haut, dans une chambre de la maison. Elle était en état d'hypothermie. On l'a allongée sur des couvertures près du radiateur. Elle s'est littéralement jetée sur le bol d'eau que nous nous lui avons donné. Elle était assoiffée. Cela devait faire des jours qu'elle n'avait pu rejoindre l'abreuvoir.

Cette chèvre m'a beaucoup marquée. Je la revois encore inspecter la chambre du regard. Elle était curieuse.

Elle a beaucoup bu. Elle a même encore mangé quelques brindilles de foin.

 

Elle était toute humide derrière et elle sentait déjà un peu le pourri. Un liquide marron coulait de son vagin. Son éleveur m'avait dit qu'elle avait mis bas il y a quelques jours, mais ce n'est que là que j'ai vraiment réalisé qu'elle avait une grave infection de l'utérus, dans un stade très avancé.

Elle est morte simplement parce qu'elle n'a pas reçu de soins après sa mise bas, pas d'antibiotiques et que durant ces derniers mois elle n'avait pas assez à manger. Je n'avais encore jamais vu un tel squelette vivant.

 

Je n'ai plus rien pu faire pour elle. Sa vie n'aura été que de A à Z un cauchemar. Je ne sais pas ce qui nous attend après la mort, mais pour elle, ça ne peut être que mieux. L'enfer, elle y est déjà passée.

Elle a vécu dans un élevage où les chèvres ont peur de l'homme. Dans un élevage où les coups ne sont pas des exceptions.

Jamais elle n'a pu dormir sur de la paille propre et sèche. Etant donné que le fumier n'est sorti qu'une ou deux fois par an, le sol est toujours humide et sale.

 

J'aurais tant voulu lui montrer ou lui offrir une autre vie...

Je ne l'ai connue que quelques heures, mais la souffrance de tout son corps et son regard ne me quitteront pas aussi vite.

 

Elle était tellement jeune... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by La ferme des rescapés - dans Hommages Le sort des animaux d'élevage
commenter cet article

commentaires

Mickael 17/01/2015 09:04

Par ces temps difficiles l être humain se demande pourquoi la violence s'acharne sur lui...
Qu il commence par être "HUMAIN"...
Pour quelques billets il vendrait sa femme son âme et son chien. ..Alors un chèvre...Des gens comme ça me donne la gerbe...

Danielle 25/12/2013 01:23

Dans le cas présent, le propriétaire doit être dénoncé auprès du GDS du département car il se fait du fric sur les animaux et c'est intolérable. Les animaux doivent lui être retirés. En principe,
il doit y avoir des visites de contrôle de la part de cet organisme. Il y a encore des personnes qui sont capables d'avoir des animaux sans pour autant se faire du pognon sur leur dos..

la cigale rieuse 08/04/2013 17:46

quel horreur que sa vie , voilà le monde est mené par des hommes comme ça , enfin pas tous !
les gouvernements ne font rien ! et pourtant cela prendrait pas beaucoup de temps de changer la loi , leur donner enfin le respect auquel ils ont droit ***********
même les assos ont du mal à se faire entendre ,
il n' y a que les gens de bien qui oeuvrent pour eux *******
merci à ceux là ******

fanfan 21/01/2013 22:04

Quel témoignage poignant !!! Je sais que maintenant, elle est au paradis des animaux, elle court dans l'herbe fraiche avec ses nouvelles copines, elle n'a plus mal, et elles leur raconte qu'avant
de quitter la terre, un ange de douceur l'a prise dans ses bras et la réchauffée.
Je pense bien a vous, et a votre courage exceptionnel pour sauver ces pauvres petits coeurs en détresse.
Un tout grand MERCI.

Snoopatty 21/01/2013 20:58

au moins tu auras eu quelques heures de bonheur
avant de partir pour une vie meilleure..
RIP petite chêvre, tous les humains ne sont pas pareils....

Contacter L'administrateur

  • : La ferme des rescapés
  • La ferme des rescapés
  • : Ce blog décrit les actions de l'association lotoise "La ferme des rescapés". Cette asso lutte activement contre la maltraitance et l'abandon des animaux. Elle s'oppose également à l'envoi d'animaux à l'abattoir, à la présence d'animaux dans les cirques et à l'exploitation des animaux en général. Sur sa ferme-refuge cohabitent près de 600 animaux de compagnie et de ferme rescapés.
  • Contact

L'association

Dans le Lot, sauvés de l’abattoir, de l’euthanasie, de la cruauté ou de l’irresponsabilité, près de 600 animaux de compagnie et d’élevage vivent sur notre ferme-refuge de 29 ha, véritable havre de paix pour eux.

 

Recherche

Une marraine pour notre Refuge

Samedi, nous avons reçu la visite d’une invitée spéciale, l’humoriste végane Christine Berrou.

Lire la suite

Contacter l'association

léphone : 05 65 36 64 85 ou 06 04 41 80 45

Adresse : La Ferme des rescapés

Chez Mme Fiegl

Le Fraysse

46700  Cassagnes  

Mail : protectionanimaux46@gmail.com

 

Le Site

Venez découvrir notre site web ! Vous y trouverez des galeries photo, nos animaux à l'adoption, comment nous aider...

http://la-ferme-des-rescapes.org/

Faire un don grâce à Paypal

 

Don d'1euro par mois grace à Teaming



Nos vidéos

Les animaux devant la caméra...

C'est ICI