Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 juin 2016 6 04 /06 /juin /2016 21:55
Aux animaux qui illuminent nos journées

Il y a deux mois environ, l'association « Le chat du Mirail » nous a apporté quelques chats des quartiers Auriacombe, la Reynerie et Bellefontaine.

Les jeunes du quartier s'amusent à y tuer les chats, de préférence les gentils, plus faciles à attraper. Il prennent plaisir à les écraser avec leur voiture.

Une des chattes de ce groupe a été retrouvée attachée avec une ficelle autour du cou. Elle est arrivée traumatisée à la ferme. Elle essaye toujours de se cacher, est effrayée par chaque bruit et se fige de peur lorsqu’on la touche.

Un autre chat de ce groupe est arrivé très stressé. Il a craché après nous et les autres chats. Au début, j'ai pensé qu'il était un peu sauvage mais au bout de quelques jours j'ai pu commencer à le caresser. Il appréciait les caresses sous le cou et sous le ventre. Petit à petit, il s'est révélé être un des plus doux, tendres et sensibles chats que j'ai connus. C'était un amour. Il a apprécié le calme et la sérénité qui règne à la ferme.

Il se couchait en long au milieu de ma chambre ou dormait dans le lit, les pattes étirées. C'était un magnifique matou de 8 kg. Un matin, il a commencé à montrer des signes de détresse respiratoire. Ma mère l'a conduit en urgence à la clinique vétérinaire. Il a du être sédaté et intubé pour être ausculté et soigné. Le vétérinaire nous a appris qu'il avait une tumeur du larynx. J'ai demandé en vain qu'il tente une opération ou une chimiothérapie mais la tumeur était trop grande et infiltrée dans les tissus.

Seul un traitement avec beaucoup de cortisone pouvait le soulager encore un peu.

Même s'il n'y a pas d'espoir, on espère toujours un miracle. Mais même tout l'amour du monde ne peut pas changer le cours des choses.

Deux jours, c'est tout ce qu'il nous a été donné avant que je ne sois obligée de le faire endormir parce qu'il ne trouvait plus suffisamment d'air.

La plupart des chats qui arrivent chez nous sont sauvages ou craintifs. Un chat comme lui, si doux et tendre, qui apprécie d'être pris dans les bras, nous n'en rencontrons que très rarement.

Une amie m'a dit qu'il avait eu de la chance de trouver un foyer avant de mourir et de ne pas être resté dans la rue. Mais en ce qui le concerne, il m'a donné davantage que ce que j'ai pu lui offrir.

Il y a des animaux qui nous marquent énormément. Quand ils disparaissent, ils laissent un vide et ils nous manquent terriblement. Il a fait partie de ceux-là. Tout comme Hunter, un chat qui a illuminé nos journées et à qui je pense tous les jours.

L'association « Les chats du Mirail » nous a raconté que le chat mort d'une tumeur a passé près de deux ans dans le quartier Bellefontaine, à se cacher sous les voitures. C'est sûrement à cause de tous les gaz des pots d'échappement qu'il a développé sa tumeur.

Deux longues années pendant lesquelles personne n'a eu pitié de lui et ne lui a offert un foyer.

 

A la Ferme des Rescapés, c'est ce que nous essayons d'offrir aux animaux qui vivent avec nous et aux nouveaux qui arrivent. Un foyer, de la chaleur, des soins et un habitat qui correspond aux besoins de chacun, de la paix, du respect et de l'amour.

Chaque jour, nous nous efforçons de donner le meilleur et le maximum de nous-mêmes, afin qu'ils soient le mieux possible. Même si nous avons toujours des animaux à l'adoption, beaucoup restent ici jusqu'à la fin de leurs jours.

Je suis persuadée qu'il est de notre devoir de les aider, de leur offrir un refuge. La ferme est un lieu sacré pour beaucoup d'animaux.

Cette année, un nombre inédit d'équidés (une vingtaine) a été accueilli. Beaucoup allaient finir à l'abattoir ou étaient délaissés.

Deux chevaux de centre équestre nous ont été amenés à la mi-mai. La jument est une ancienne poulinière de 23 ans. Le hongre est un cheval de concours qui est tombé sur le pilier d'un obstacle. Il boite énormément.

La petite ânesse trouvée errante sur la route par l'association  «La patte de l'espoir » retrouve peu à peu la santé.

Deux autres équidés sont arrivés :

- un hongre de 16 ans qui devait être tué à cause de ses mélanomes et finir en alimentation animale. Il profite de chaque jour qui lui est offert.

- et une petite ponette de 30 ans dont le propriétaire âgé de 100 ans n'est plus capable de s'occuper. La famille a refusé de la prendre à cause de son âge.

 

Des animaux d'élevage ont également découvert qu'il existe une vie en dehors des bâtiments dans lesquels ils furent enfermés.

Presque une vingtaine de chèvres de réformes destinées à l'abattoir a été accueillie. Certaines sont âgées de quelques années seulement mais ne sont plus suffisamment productives pour les élevages. Elles sortent affaiblies et usées de ces «usines à lait ».

Un autre troupeau de 7 chèvres chez un particulier nous a été confié par un vétérinaire. Enfermés dans une grange, 8 chèvres adultes et plusieurs chevreaux sont morts de faim avant que les signalements d'une voisine à la SPA et aux vétérinaires n'aboutissent.

Les survivantes étaient très anémiées et maigres.

 

Les premières poules de réformes sont arrivées et commencent à gratter le sol et à tout découvrir, avec la joie de vivre. Elles sont très curieuses. 55 autres vont venir dans quelques jours. L'association en propose beaucoup à l'adoption afin d'en sauver un maximum de l'enfer de l'abattoir.

 

3 chiens ont été adoptés par une ancienne bénévole de l'association, mais beaucoup attendent toujours de trouver une famille où ils seront davantage privilégiés.

 

La SACPA nous a confié quelques chats sauvages afin d'éviter leur euthanasie et le chat d'un particulier qui a de toute évidence vécu un traumatisme. Il se sent vite menacé par l'homme et se met alors à donner des coups de pattes et à mordre.

La police municipale a fait appel à nous pour un chat malade.

Trouvé par un couple de particulier dans un séchoir à tabac, il a été amené dans une clinique vétérinaire afin de savoir s'il était identifié. Le vétérinaire n'a pas trouvé de puce électronique ni de tatouage mais a constaté que l'animal était très affaibli et déshydraté. Il a néanmoins refusé de le soigner alors qu'il est de son devoir d'apporter des soins aux animaux trouvés. La police municipale nous a remis l'animal et nous l'avons amené de toute urgence chez nos vétérinaires. Il du rester en clinique afin d'être perfusé et soigné.

 

Nous espérons toujours compter sur votre soutien pour continuer notre combat quotidien, payer les factures vétérinaires, l'alimentation et les frais d'entretien.

Merci de parler de nous, autour de vous, de distribuer nos flyers afin que notre association soit davantage connue.


Morlind Fiegl

 

 

Aux animaux qui illuminent nos journées
Aux animaux qui illuminent nos journées
Repost 0
Published by La ferme des rescapés - dans Action récente de l'asso Le sort des chats
commenter cet article
20 mai 2016 5 20 /05 /mai /2016 06:44

Nous sommes seulement au mois de mai, mais déjà les premiers chatons sont trouvés dans des poubelles. D'autres sont retrouvés noyés ou tués avec violence.

Un chaton nouveau-né est sensible à la douleur, ne l'oubliez pas. Ne les condamnez pas à une mort lente et douloureuse.

S'ils étaient humains, on appellerait cela un infanticide.

Si vous n'arrivez pas à placer vos chatons ou jeunes chats correctement ou si vous trouvez un chat abandonné, contactez l'association.

L'association récupère également des chattes en danger avec leurs chatons.

Merci pour eux.

La stérilisation des chattes avant les premières chaleurs est toujours la meilleure solution.

L'association en profite pour rappeler que nous cherchons des familles d'accueil pour des chatons non sevrés.

Repost 0
Published by La ferme des rescapés - dans Le sort des chats
commenter cet article
22 juillet 2015 3 22 /07 /juillet /2015 06:17
Chaque vie est précieuse
Chaque vie est précieuse

    Voici deux mères avec leurs six chatons que nous avons récupérés récemment. Elles sont arrivées chez des particuliers et ont, soit disant, fait peur au chat de la maison.
Les adultes et les petits sont dans un état pitoyable : couverts de puces, le ventre plein de vers, les yeux gonflés et enflammés et ils ont un évident retard de croissance. Tous nagent dans la diarrhée. Une des mères présente une blessure ancienne avec beaucoup de pus.
Un des chatons de cette portée est mort le lendemain matin de son arrivée. Il était mal nourri, avait des vers, le calicivirus et la diarrhée.

    On nous apporte de plus en plus fréquemment des animaux délaissés, mal nourris et pas soignés. Quand ils arrivent finalement chez nous, c’est quelquefois trop tard, malgré tous nos efforts. Les chats sont extrêmement sensibles aux vers et à la déshydratation. Une simple diarrhée pas soignée tue vite des chatons, mais aussi des adultes. De nombreux chats disparaissent ainsi des jardins de particuliers où ils avaient trouvé refuge et espéré de l’aide, mais bien souvent j’ai l’impression que les personnes n’éprouvent que du soulagement, à la mort de ces chats. La pitié et la compassion pour un animal malade ou laid sont rares.

    On nous appelle souvent pour demander si nous sommes prêtes à prendre des animaux abandonnés. Mais même si leur état est apparemment alarmant (« Il est couvert de plaies, très maigre, il n’a plus de poils… »), les gens tardent à nous les apporter. Ils partent d’abord en vacances quelques jours, ou ils ne veulent pas voyager parce qu’il fait trop chaud ou trop froid à leur goût, ou bien ils ne supportent pas de voir un chat enfermé dans une cage piège. Apparemment, cela leur fait plus de peine que de le voir mourir à petit feu !

    Les chats dérangent souvent et très vite. Les arguments sont nombreux : « Il embête mon chat », « Elle agresse mon chien pour défendre ses petits », « Je ne veux pas la nourrir sinon elle va croire qu’elle peut rester et j’ai déjà un chat »… On  me dit souvent : « Vous savez Mme Fiegl, ça me fait quelque chose, il a pleuré toute la nuit devant ma porte et il était vraiment affamé, mais il n’est pas à moi…»
Beaucoup ont la chance d’être apportés ici, les autres meurent silencieusement devant les yeux de plusieurs personnes.

J’avoue, j’ai souvent du mal à rester calme, à ne pas trop montrer ma colère, par peur que les chats ne soient jamais amenés ici. Mais quand je les enterre trois jours après leur arrivée parce que leurs séquelles étaient trop graves et irréversibles, quand je les vois se battre pour vivre, ou bien piétiner pour la première fois dans des couvertures propres, manger à leur faim sans être chassés, quand je vois les mères allaiter et lécher leurs petits pendant deux mois, je pleure encore plus pour ceux qui n’ont connu que l’enfer.
            
 Verena FIEGL
 

Chaque vie est précieuse
Repost 0
Published by La ferme des rescapés - dans Le sort des chats
commenter cet article
15 juin 2014 7 15 /06 /juin /2014 08:39

                                  2014 5668

                             ELISA se trouvait en fourrière et était sur une liste                                                                    d'euthanasie

                     2014 5644

                        Des "sauvages" dans un des grands parcs clôturés 

                         2014 5651

GOLIATH, sorti d'une fourrière, il a été plusieurs semaines à l'infirmerie ; heureux, maintenant guéri de pouvoir enfin sortir

 

                      2014 5649

 

                 2014 5669

                 Deux chats qui étaient menacés d'euthanasie en fourrière

 

                                 2014 5670

                   Petite sauvage piégée par la police municipale

 

                       2014 5714

                                               Trouvées abandonnées

 

                    2014 5718

Notre grand amour !!! Un véritable cadeau du Chat Libre de Toulouse. Il était menacé de mort là où il errait.

 

 

                          2014 5726

                     Un sauvage piégé par la police

 

                      2014 5733

Le nouveau charmeur de la maison nous vient de la SPA de Bergerac. Il a été abandonné car il marque son territoire.

 

 

                   2014 5736

Lucie, à l'arrière plan, vient de la fourrière de NIORT ; le noir et blanc de Carcassonne, il était menacé, sur un site en destruction

 

                        2014 5737

Encore notre beau gosse, quatre jours après son arrivée. No stress !

 

                      2014 5744

Le grand parc des chats sauvages. Les sociables sortent en toute liberté et vont où ils veulent sur la propriété. Sans jamais oublier de revenir faire un tour à la maison afin de rassurer les deux femmes qui s'occupent de tous les animaux et afin de prendre le repas !!!

Repost 0
Published by La ferme des rescapés - dans Le sort des chats Action récente de l'asso
commenter cet article
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 02:26

                                            animals-3637.JPG

                                                              Ce chat noir a survécu

J'aimerais rendre un dernier hommage à 8 chats qui ont été empoisonnés avec un produit contre les corneilles. L'un d'entre eux m'a énormément marquée.

Tout a commencé jeudi, il y a deux semaines. Une jeune femme m'a téléphoné dans l'après-midi. Elle m'a signalé qu'il y avait une dizaine de chats autour de la maison de campagne de sa grand-mère.

"Ils tournent toujours autour." "Non, on ne leur donne pas à manger, on veut qu'ils partent". "Ils ne peuvent pas rester là" : comme toujours la même chanson, alors que les chats cherchent juste un peu de nourriture, ils gênent et doivent disparaître.

Je lui ai promis que notre bénévole viendrait dimanche regarder la situation, qu'elle amènerait des pièges... (les chats se trouvaient à 2 heures de l'asso, impossible pour nous de nous y rendre plus tôt).

Mais dimanche midi, notre bénévole n'a trouvé que des cadavres et des chats dans un état d'agonie. Une partie des dix chats errants n'a pas été retrouvée et n'est plus jamais revenu. Cinq chats ont été apportés au siège de l'association dimanche après-midi.

Un homme a mélangé un produit contre les corneilles dans un peu de croquettes et ils étaient tellement affamés qu'ils ont tout mangé. 

Nous avons amené quatre des cinq chats encore vivant chez le vétérinaire de garde. Trois d'entre eux étaient dans un sorte de coma. Ils avaient des troubles neurologiques importants (convulsions, hypersensibilité au bruit...) et étaient en hypothermie (33° de température)

                            animals-3643.JPG

                                     Mort 24 h après l'ingestion du produit

Le vétérinaire leur a posé une perfusion, mais nous a dit qu'il n'y avait rien d'autre à faire. Nous les avons ramenés à la maison. Toutes les heures on s'est relayé, avec ma mère, pour aller les voir, contrôler les perfusions, regarder si leur température montait ou s'ils avaient encore besoin de la lampe chauffante. Le chat de "type chartreux" est mort le lendemain matin. 

Le chat noir et Winnie, l'ours noir et blanc, se sont légèrement réveillés au cours de la journée de lundi. Le soir, Winnie s'est arraché le cathéter et la 4 ème chatte avait la perfusion bouchée. Nous sommes retournés chez le vétérinaire. Mardi matin, je me suis levée très tôt. Tout le monde était encore en vie. Je les ai soignés, j'ai tout vérifié, je les ai quittés vers 8h30. J'avais énormément de travail ce matin-là. Quand je suis rentrée vers 10h dans ma chambre pour voir comment ils allaient, Winnie était déjà parti pour un autre monde. Je ne m'y attendais pas du tout, il avait commencé à se réveiller...

                         animals-3647.JPG

                                      Winnie, l'ours courageux (Dcd)

Au cours des 36 heures durant lesquelles j'ai eu le plaisir de le soigner, il m'a beaucoup appris. Je ne l'oublierai jamais. Il a été un messager pour moi, un chat extraordinaire.

Nous croisons sur notre chemin énormément d'animaux. Quelques'uns arriveront en seulement quelques heures à nous ensorceler. Dans la majeure partie des cas, ils nous quittent rapidement et nous laissent seules avec notre immense peine (de les avoir  perdus). Ils sont uniques.

                          animals-3646.JPG

                                                             Une survivante

De tout le groupe de chats qui vivait là-bas, dans le nord du Lot, seuls deux ont survécu. Ils se trouvent en sécurité, à la Ferme des Rescapés. Certains des chats qui ont été retrouvés morts étaient squelettiques. 

Ils étaient affamés, leur "faute" a été de croire que ces humains auraient pitié ou de la compassion pour des animaux en détresse.

Ils ont dû le payer de leur vie, un chat a même été touché par une voiture alors qu'il traversait la route en titubant. 

Ces chats ont été empoisonnés alors que la Ferme des Rescapés s'était engagée à les prendre. Mais quelqu'un n'a pas pu attendre quatre jours supplémentaires.

Beaucoup de personnes nous parlent de groupes de chats sauvages qui se font empoisonner. Mais pourquoi tant de haine ???

 

 

Repost 0
Published by La ferme des rescapés - dans Le sort des chats Hommages
commenter cet article
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 17:29

P5310227.JPG 

Chaque jour que je passe avec les animaux m'éloigne des humains. Car en travaillant avec les animaux vous découvrez les faces cachées des personnes qui vous entourent.

Après un mois de travail sur le site où plusieurs chats meurent de faim sous les yeux des habitants, je suis démoralisée et fatiguée.

Nous ne nous heurtons pas seulement à beaucoup d'indifférence mais aussi à beaucoup de haine. De la haine contre les animaux, les chats sauvages en particulier.

Ils sont chassés, empoisonnés, l'eau qui est placée pour eux dans un coin, est renversée ou jetée. Juste à côté, des chatons de 1 mois et demi sont jetés d'une voiture, d'autres trouvés dans les poubelles d'ordures ménagères.

Pourquoi tant de violence et de haine ???

Nous avons pu, avec l'aide d'une autre personne engagée, habitant le quartier, piéger une dizaine de chats sauvages. Des chats adultes, qui ne pèsent souvent qu'à peine un kilo. Des squelettes vivants.

Le dernier est tellement maigre qu'il n'a même plus la force de manger ni de se tenir debout. Il était aussi extrêmement déshydraté. Il était recroquevillé dans un coin, les habitants passaient à côté de lui, sans honte.

Nous essayons tout pour le sauver, mais il n'est pas encore hors de danger.

 

Malheureusement, il ne s'agit pas d'un cas isolé. Sur une petite ferme, le propriétaire est décédé. Il avait deux chats domestiques et quelques chats sauvages qui vivaient dans la grange. Ses enfants ont simplement mis ses chats dehors, et ont fermé tous les trous de la grange. N'ayant plus d'abri, beaucoup sont tombés malades, et tous souffrent de la faim. Une voisine les nourrit maintenant. "La ferme des rescapés" a pris les cinq plus fragiles, et cherche toujours une solution pour les autres cet hiver. 

 

Où que l'on regarde, on n'est que dégoûté de l'indifférence complète de certaines personnes face à tant de souffrance.

 

Pour ne pas être désespéré, on ne peut que se réjouir en voyant ceux qui sont ici, et qui peuvent enfin manger et boire à leur faim.

 

Repost 0
Published by La ferme des rescapés - dans Action récente de l'asso Le sort des chats
commenter cet article
16 mai 2011 1 16 /05 /mai /2011 21:08

L'association travaille ces derniers mois sur plusieurs cas de maltraitance et de négligence concernant des chats.

 

Suite à une alerte donnée par une voisine, nous avons découvert dans un parc, plusieurs chats d'une maigreur extrême, (beaucoup ne pèsent que 800 grammes ou 1 kilo, alors que le poids moyen d'un chat est de 3 kilos), très malades, atteints de problèmes respiratoires...

Retard de croissance, maladie de peau, chatons squelettiques... Les chats sont dans un état de santé critique. La plupart étant sauvages, l'association tente de les attraper avec une cage-piège, pour ensuite les soigner.

 

Ce sont à l'origine des chats ayant des propriétaires, qui ont proliféré pendant plusieurs années, jusqu'à ce que tout le monde se dise désespéré et submergé par la situation et les chats. Un cas fréquent.

 

La ferme des rescapés va tenter de faire son possible, pour attraper les chats, les soigner puis les faire stériliser et castrer.

Des frais et des soins qui auraient pu être facilement évités, si davantage de personnes faisaient stériliser leur animal.

 

Des photos des premiers arrivés à l'infirmerie seront publiées prochainement.

 

 


 

La ferme des rescapés tente également (avec une autre association) de sauver des chats d'un lieu où ils sont cruellement tués et maltraités. L'affaire étant toujours en cours, avec un manque de preuves formelles sur des faits avérés, nous ne pouvant pas en dire davantage sur ce sujet aujourd'hui.

 

Les cas de maltraitance et de négligence se multiplient sur tous les types d'animaux. Les animaux sont victimes de beaucoup de haine.

Repost 0
Published by La ferme des rescapés - dans Action récente de l'asso Le sort des chats
commenter cet article

Contacter L'administrateur

  • : La ferme des rescapés
  • La ferme des rescapés
  • : Ce blog décrit les actions de l'association lotoise "La ferme des rescapés". Cette asso lutte activement contre la maltraitance et l'abandon des animaux. Elle s'oppose également à l'envoi d'animaux à l'abattoir, à la présence d'animaux dans les cirques et à l'exploitation des animaux en général. Sur sa ferme-refuge cohabitent près de 600 animaux de compagnie et de ferme rescapés.
  • Contact

L'association

Dans le Lot, sauvés de l’abattoir, de l’euthanasie, de la cruauté ou de l’irresponsabilité, près de 600 animaux de compagnie et d’élevage vivent sur notre ferme-refuge de 29 ha, véritable havre de paix pour eux.

 

Recherche

Une marraine pour notre Refuge

Samedi, nous avons reçu la visite d’une invitée spéciale, l’humoriste végane Christine Berrou.

Lire la suite

Contacter l'association

léphone : 05 65 36 64 85 ou 06 04 41 80 45

Adresse : La Ferme des rescapés

Chez Mme Fiegl

Le Fraysse

46700  Cassagnes  

Mail : protectionanimaux46@gmail.com

 

Le Site

Venez découvrir notre site web ! Vous y trouverez des galeries photo, nos animaux à l'adoption, comment nous aider...

http://la-ferme-des-rescapes.org/

Faire un don grâce à Paypal

 

Don d'1euro par mois grace à Teaming



Nos vidéos

Les animaux devant la caméra...

C'est ICI